Toutes les entreprises et les organisations qui collectent des données personnelles doivent définir de la façon la plus précise possible les modalités opérationnelles de traitement des données.

Paramètres capitaux relatifs aux données

La conception des opérations de traitement est un des paramètres capitaux. C’est aussi le cas de la façon de protéger les autres détails de la vie privée des utilisateurs produisant les données collectées.

On parle de protection initiale des données. Cette idée est aussi traduite dans le groupe de mots « protection des données dès la conception ».

Définir le niveau le plus élevé possible en termes de sécurisation des données est un préliminaire. Cela implique de définir le volume minimum de données indispensables pour garantir un traitement optimal.

La prise de ces précautions avant le début du processus permet de définir un cadre global. Ce dernier va procurer une espèce de tunnel de traitement des données garantissant un traitement sécurisé tout comme les procédures.

Comment est garantie la protection des données dès la conception ?

Une des premières étapes est l’attribution de pseudonymes. Elle consiste à remplacer les différentes informations par des alias. Ces identifiants sont factices. Ils sont souvent déterminés de façon quasiment aléatoire.

Une autre option consiste à rajouter une couche de cryptage. Cela est indispensable dès qu’il s’agit de stocker ou de transférer les données collectées. L’avantage du cryptage est qu’une fois qu’il est mis en place, seules les personnes ayant la clé de cryptage pourront avoir connaissance des données.

On parle régulièrement de la protection des données sur des plateformes des différents réseaux sociaux. Ces derniers modifient souvent leurs algorithmes, ce qui s’accompagne souvent d’une modification du type de données collectées et de leur gestion.

Les lois des différents pays, des ensembles régionaux et sous-régionaux ont également une influence considérable sur les protocoles utilisés pour sécuriser les données a priori.